Il y a plus de 50 ans me rappelle Fanny, l'homme des voeux" passait dans une émission sur Radio Luxembourg à midi. C'était un jeu sponsorisé par l'apéritif Bartissol. Un comédien (Jacques Legras à ses débuts, avant la célèbre caméra cachée, inventée avec son complice Jacques Rouland en 1964 ) visitait villes et villages et interrogeait les passants en leurs posant des questions farfelues.
Pour gagner, la personne accostée devait reconnaître la supercherie en disant « Vous êtes l'Homme des vœux ! » et lui présenter des capsules de Bartissol : elle recevait alors autant de fois 10.000 anciens francs (ou 100 nouveaux francs) qu'elle pouvait présenter de capsules de Bartissol.

La déception était grande quand, ayant reconnu l'Homme des vœux, on n'avait pas dans sa poche les précieuses capsules que beaucoup de gens collectionnaient et s'efforçaient d'avoir toujours avec soi, ou quand, ayant sur soi les capsules, on ne détectait pas le canular, et que l'Homme dés vœux finissait par se présenter lui-même.
Et le présentateur de terminer par ces mots : « Cette personne a eu le plaisir de déguster son Bartissol et elle a gagné grâce aux capsules qu'elle avait sur elle. Alors chers amis, ayez toujours sur vous un maximum de capsules car autant de capsules, autant de fois 100 nouveaux francs ! »

Je me demande comment une telle marque d'apéritif si connu pouvait fermer ses bouteilles avec des capsules comme le Perrier !

172e0ecb

$_12[1] (2)

042_001[1]

4093[1]

images[1]

 

                                                            http://rh19.revues.org/325

 

 

http://albert.callis.over-blog.com/article-bartissol-une-cave-mais-surtout-un-homme-1904-1928-123693163.html