Perché tout en haut du col des Gascons, cela faisait bien longtemps qu'en fond de vallée j'avais aperçu, au loin, ce qui me semblait alors être un casot en ruine.

Pas de sentier visible depuis les hauteurs donc il me fallait en trouver un depuis le bas... Plus facile à dire qu'à faire... Mais c'est en ce mois de décembre 2018 que j'ai enfin découvert non pas un sentier mais une trace pour me mener à un endroit, qui pour moi est extraordinaire!

Sur les traces de "ma" trouvaille :

Il reste des traces de vieilles murettes presque partout dans cette nature reculée :

DSCF3191

 

Plus de sentier mais une trace, suivons la :

DSCF3203

 

Et au bout du chemin la consécration, très loin de mon casot imaginé, me voici en présence de ce que je croyais encore être un mas :

DSCF3209

 

Ces voûtes à l'intérieur de ce dernier ont soudain attiré mon regard :

DSCF3215

 

Et à l'intérieur : des cuves! Ce n'est donc pas un mas, mais des Tines! :

DSCF3222

DSCF3229

 

Une vue depuis le haut : on distingue bien au dessus une entrée, cet endroit était donc habité ! :

DSCF3235

DSCF3249

DSCF3252

 

Après quelques recherches, tout d'abord avec l'aide précieuse d'Albert avec lequel j'arrive à avoir un nom sur ma découverte : Les Tines de Coumbernils, puis avec les magnifiques écrits de Michel FERRER, je trouve enfin trace de cet endroit : page 148 de " Terre des Ancêtres" on y apprend que la famille COLOMINAS doit 5 sous d'impôt en 1776. Page 152 de ce même ouvrage : "Corominas ou Colominas, berger de PRATS DE MOLLO, descend en vallée de Vallauria au mas Combarnils". Il y avait donc en ces lieux travail mais aussi vie! Il me reste encore bien des choses à découvrir, et ce coquin de Carinita à chaque fois me met sur la voix d'un lieu nouveau...comme un gamin que je suis encore et qui joue à la chasse au trésor!