Le blog des Amoureux de Banyuls

18 février 2019

"Les Pêcheurs de Banyuls"

 

 

     Huile sur toile de Monique Laville, peintre résidant à Saint-Jeannet, dans les Alpes Maritimes.

Monique Laville Les pêcheurs de Bagnuls 54x73'

 

  Peut-être s'est-elle inspirée de cette carte postale ancienne :

082 Coin du Port (Jean de la Hire) 1903


A propos de cette carte, un trophée pour moi, Albert avait bien cerné le sujet, voici l'article !

Posté par demoguerne à 12:50 - Commentaires [3] - Permalien [#]


15 février 2019

Un jardin extraordinaire

Quelque part dans l'avenue du Puig Del Mas, bien caché des regards indiscrets, il existe un jardin extraordianaire, propriété d'amis qui le sont tout autant.

Ce jardin regorge de vignes, d'arômes, de kumquats et de plein d'autres petits trésors de la nature mais ce soir je voulais vous présenter l'amandier qui trône fièrement en son centre. Et si en arrière plan vous rajoutez un beau ciel bleu et que vous imaginez la ligne verte des montagnes au fond, n'êtes-vous pas arrivé dans un petit paradis?

IMG_5527

Merci Annie pour le partage de votre si bel arbre!

Posté par Pierre et Audrey à 21:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 février 2019

La magie de février

Aussi bref soit-il, un moment à Banyuls reste un moment de bonheur.

Qu'un petit week-end malheureusement, en ce début février, pour changer d'air, changer du gris et du froid Franc-Comtois, voir enfin des couleurs, sentir les mimosas et les amandiers en fleurs, tout cela n'a pas de prix...

Voici donc un petit aperçu de cette si belle nature de février :

DSCF4220

DSCF4239

DSCF4277

DSCF4282

DSCF4347

DSCF4378

DSCF4420

DSCF4470

DSCF4509

DSCF4545

DSCF4680

 

Posté par Pierre et Audrey à 18:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 février 2019

Mes dernières cartes postales acquises 43

 

 

 

643 La baie et la jetée du Laboratoire

643 La baie et la jetée du Laboratoire

 

644 Le Boulevard Lassus

644 Le Boulevard Lassus

 

645 Laboratoire Arago et la Jetée 1952

645 Laboratoire Arago et la Jetée 1952

 

646 La Place 1917

646 La Place 1917

 

647 Les Rochers et le Laboratoire 1925

647 Les Rochers et le Laboratoire 1925

 

648 Une vue sur la plage du Grand Hôtel, le Musée Arago et la jetée (en provenance de Belgique)

648 Une vue sur la plage du Grand Hôtel, le Musée Arago et la jetée

 

649 Centre Hélio-Marin 1962 (en provenance d'Espagne)

649 Centre Hélio-Marin 1962

 

650 Crépuscule sur la ville 1960 (en provenance d'Espagne)

650 Crépuscule sur la ville 1960

 

651 Exposition coloniale de Marseille 1906
           Cette carte peu fréquente mérite, il me semble, une attention toute particulière.
Cette expo a eu un incroyable succès (près de deux millions de visiteurs) et les vins de Banyuls y furent mis à l'honneur, ce stand le prouve bien ! J'imagine que l'exportation du banyuls a dû faire un joli bond en avant...
Pour en savoir davantage sur l'expo, c'est ici

 

651 Exposition coloniale de Marseille 1906

 

652 Vue partielle sur le nouveau port de plaisance 1976

652 Vue partielle sur le nouveau port de plaisance 1976

Posté par demoguerne à 12:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 février 2019

La Tramontane au cap de la vella

vent 1 DSCN1840 

vent 4 DSCN1838 

vent 7 20190203_105926 

vent 9 20190202_142417(0)

 

Automne

Albert Samain

Le vent tourbillonnant, qui rabat les volets,
Là-bas tord la forêt comme une chevelure.
Des troncs entrechoqués monte un puissant murmure
Pareil au bruit des mers, rouleuses de galets.

L’Automne qui descend les collines voilées
Fait, sous ses pas profonds, tressaillir notre coeur ;
Et voici que s’afflige avec plus de ferveur
Le tendre désespoir des roses envolées.

Le vol des guêpes d’or qui vibrait sans repos
S’est tu ; le pêne grince à la grille rouillée ;
La tonnelle grelotte et la terre est mouillée,
Et le linge blanc claque, éperdu, dans l’enclos.

Le jardin nu sourit comme une face aimée
Qui vous dit longuement adieu, quand la mort vient ;
Seul, le son d’une enclume ou l’aboiement d’un chien
Monte, mélancolique, à la vitre fermée.

Suscitant des pensers d’immortelle et de buis,
La cloche sonne, grave, au coeur de la paroisse ;
Et la lumière, avec un long frisson d’angoisse,
Ecoute au fond du ciel venir des longues nuits…

Les longues nuits demain remplaceront, lugubres,
Les limpides matins, les matins frais et fous,
Pleins de papillons blancs chavirant dans les choux
Et de voix sonnant clair dans les brises salubres.

Qu’importe, la maison, sans se plaindre de toi,
T’accueille avec son lierre et ses nids d’hirondelle,
Et, fêtant le retour du prodigue près d’elle,
Fait sortir la fumée à longs flots bleus du toit.

Lorsque la vie éclate et ruisselle et flamboie,
Ivre du vin trop fort de la terre, et laissant
Pendre ses cheveux lourds sur la coupe du sang,
L’âme impure est pareille à la fille de joie.

Mais les corbeaux au ciel s’assemblent par milliers,
Et déjà, reniant sa folie orageuse,
L’âme pousse un soupir joyeux de voyageuse
Qui retrouve, en rentrant, ses meubles familiers.

L’étendard de l’été pend noirci sur sa hampe.
Remonte dans ta chambre, accroche ton manteau ;
Et que ton rêve, ainsi qu’une rose dans l’eau,
S’entr’ouvre au doux soleil intime de la lampe.

Dans l’horloge pensive, au timbre avertisseur,
Mystérieusement bat le coeur du Silence.
La Solitude au seuil étend sa vigilance,
Et baise, en se penchant, ton front comme une soeur.

C’est le refuge élu, c’est la bonne demeure,
La cellule aux murs chauds, l’âtre au subtil loisir,
Où s’élabore, ainsi qu’un très rare élixir,
L’essence fine de la vie intérieure.

Là, tu peux déposer le masque et les fardeaux,
Loin de la foule et libre, enfin, des simagrées,
Afin que le parfum des choses préférées
Flotte, seul, pour ton coeur dans les plis des rideaux.

C’est la bonne saison, entre toutes féconde,
D’adorer tes vrais dieux, sans honte, à ta façon,
Et de descendre en toi jusqu’au divin frisson
De te découvrir jeune et vierge comme un monde !

Tout est calme ; le vent pleure au fond du couloir ;
Ton esprit a rompu ses chaînes imbéciles,
Et, nu, penché sur l’eau des heures immobiles,
Se mire au pur cristal de son propre miroir :

Et, près du feu qui meurt, ce sont des Grâces nues,
Des départs de vaisseaux haut voilés dans l’air vif,
L’âpre suc d’un baiser sensuel et pensif,
Et des soleils couchants sur des eaux inconnues…

Magny-les-Hameaux, octobre 1894.

Albert Samain, Le chariot d’or

Posté par carinita à 10:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]


31 janvier 2019

Un carte postale particulière de 1964

 

Le car des PTT à Banyuls le 1er septembre 1964

En 1963 l'administration des postes (Postes et Télécommunications depuis 1959 mais le sigle PTT reste conservé) met en service un car exposition.

Ce car sillonne la France et poursuit un double but :
– Faire de la publicité pour les PTT sur le thème « Hier, aujourd’hui, demain les PTT sont à votre service ».
– Contribuer à l’expansion de la philatélie.

Le car-exposition possède un bureau temporaire disposant de timbres à date spéciaux.

En général, lors d’un circuit, le car exposition dispose du même type de timbre à date, seul le nom de la ville et la date sont modifiés.
Le car-exposition a effectué des circuits à partir de 1963 et jusqu’en 1968. Les timbres à date créés pour l’occasion sont relativement nombreux (187). En réalité il n’existe que 5 types de timbre à date différents et leur nombre provient du fait qu’ils étaient modifiés lors de chaque étape du circuit.

Merci à "Philapostel Bretagne" pour l'aide concernant ces informations.

Voici une FDC avec le cachet de Banyuls (FDC comme First Day Cover -Enveloppe Premier Jour)

Car-expo1'

Car-expo2'

 

 

Posté par demoguerne à 21:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 janvier 2019

Villa Douzans : sauvons l'oeuvre d'Aristide Maillol

La restauration de la villa Douzans continue avec la réfection des façades. Une campagne d'aide participative est lancée pour une partie du financement de ces travaux. Dans le cadre de "La Demeure Historique", l'opération est montée par dartagnas.fr https://dartagnans.fr   

L'idée n'est pas seulement de demander des participations mais surtout de mieux faire connaître cette maison aux banyulencs et autres lecteurs du blog. Vous trouverez un historique de cet élément du patrimoine de Banyuls dans la présentation du projet.

https://dartagnans.fr/fr/projects/villa-douzans-sauvons-l-oeuvre-d-aristide-maillol/campaign

Villa Douzans, sauvons l'oeuvre d'Aristide Maillol

La Demeure Historique soutient la Villa Douzans (membre de l'Association de La Demeure Historique) et s'associe à son projet de restauration . La Villa Douzans est un précieux témoignage à Banyuls-sur-Mer. Elle a participé à l'Histoire du Village depuis 300 ans et l'art s'y est invité à la fin du XIXeme siècle lorsqu' Aristide Maillol y a réalisé des peintures murales.

https://dartagnans.fr 

 

Posté par Isabelle CALLIS à 13:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2019

Les Tines de Coumbernils

Perché tout en haut du col des Gascons, cela faisait bien longtemps qu'en fond de vallée j'avais aperçu, au loin, ce qui me semblait alors être un casot en ruine.

Pas de sentier visible depuis les hauteurs donc il me fallait en trouver un depuis le bas... Plus facile à dire qu'à faire... Mais c'est en ce mois de décembre 2018 que j'ai enfin découvert non pas un sentier mais une trace pour me mener à un endroit, qui pour moi est extraordinaire!

Sur les traces de "ma" trouvaille :

Il reste des traces de vieilles murettes presque partout dans cette nature reculée :

DSCF3191

 

Plus de sentier mais une trace, suivons la :

DSCF3203

 

Et au bout du chemin la consécration, très loin de mon casot imaginé, me voici en présence de ce que je croyais encore être un mas :

DSCF3209

 

Ces voûtes à l'intérieur de ce dernier ont soudain attiré mon regard :

DSCF3215

 

Et à l'intérieur : des cuves! Ce n'est donc pas un mas, mais des Tines! :

DSCF3222

DSCF3229

 

Une vue depuis le haut : on distingue bien au dessus une entrée, cet endroit était donc habité ! :

DSCF3235

DSCF3249

DSCF3252

 

Après quelques recherches, tout d'abord avec l'aide précieuse d'Albert avec lequel j'arrive à avoir un nom sur ma découverte : Les Tines de Coumbernils, puis avec les magnifiques écrits de Michel FERRER, je trouve enfin trace de cet endroit : page 148 de " Terre des Ancêtres" on y apprend que la famille COLOMINAS doit 5 sous d'impôt en 1776. Page 152 de ce même ouvrage : "Corominas ou Colominas, berger de PRATS DE MOLLO, descend en vallée de Vallauria au mas Combarnils". Il y avait donc en ces lieux travail mais aussi vie! Il me reste encore bien des choses à découvrir, et ce coquin de Carinita à chaque fois me met sur la voix d'un lieu nouveau...comme un gamin que je suis encore et qui joue à la chasse au trésor!

Posté par Pierre et Audrey à 21:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

04 janvier 2019

Sur le chemin des amandiers

La surprise du jour !

20190104_151245

20190104_145050

Photos JL SABOT 4 janvier 2018

 

Posté par Isabelle CALLIS à 17:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

02 janvier 2019

Le premier mimosa en fleur de l'année !

RIMG0313

RIMG0314

Posté par Isabelle CALLIS à 17:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]